Editorial: Les cordes vocales de la paix ( Abbé Constand GNANOU)

Publié le par Le Précurseur

Ajuster les cordes musicales au concert de la paix et de la justice

 

            La chaîne française de télévision T V 5 a le 1er février présenté la Chine dans le continent asiatique, tourmentée par une tempête de neige, chose connue pour la dernière, il y a de cela 150 années affirmait-on. En Amérique 5 états des USA près d'Alabama inclus, ont été secoués par des tornades violentes. Puis vînt le tour de l'Australie et de Madagascar respectivement d'Océanie et d'Afrique.

Nous n'osons pas dire qu'en Europe c'était bien pire pour les pays au climat moins tempéré et les pays nordiques; car ce lot au quotidien en cette période, permet de belles vacances et les divers sports d'hiver. Le froid fait de temps en temps frissonner. Mais autre chose fait frémir plus. Les revendications pour les nucléaires inquiètent plus d'un, et les grands passent avant les petits. La Russie par ses essais nucléaires entend-elle réengager la course à l'armement? Pousse-t-elle à une nouvelle guerre froide? Loin du spectre, il y a bien les faits.

            Pour l'Afrique, rude et funeste en début d'année nouvelle, est l'effroi des atrocités non provoquées, mais accidentellement semble-t-il. Et pourtant, elles bafouent la paix et foule aux pieds la justice dans les normes les plus élémentaires.

Le réveil des vieux démons en Nairobi (Kenya) précipite pêle-mêle dans les rues les habitants des quartiers. Dans la vallée du Rift, les populations contraintes à l'exode doivent braver tous les dangers pour survivre. Le pire se trouve parfois au bout du tunnel. 35 Kikuyus ayant trouvé refuge dans une Eglise furent brûlés vifs le 1er janvier. Les protagonistes de la scène politique kenyane offrirent ainsi un holocauste à la cause électorale du 29 décembre 2007. L'horreur n'était certes pas isolée puisque le décompte atteste de 1000 morts par mise en pièces.  Les réfugiés se comptent à 3000 âmes. Les chefs d'Etats africains au sommet de l'U.A (Union Africaine) du 31 janvier au 2 février à Addis-abeba, ont par la voix du Président sortant de la Commission le Malien Alpha Omar KONARE,  lancé des sommations au Zouaves à l'ignominie. Cet impératif va aussi à l'endroit des acteurs de la crise touareg active au Mali et au Niger.

            La sauvagerie sur le groupe des 35, pour son comble s'est passée le jour où le monde commémorait la journée internationale de la paix. Existe-t-il encore un langage à la couleur du cynisme déshumanisant, quand tout démontre que les acteurs petaient haut et fort au nez des valeurs et des conventions civiques. Un mois auparavant, sous le couvert d'agissements philanthropiques, ce sont des enfants en grand nombre de 101, q'une poignée de 6 européens vinrent prélever dans l'opération l'Arche de Zoé, sur le territoire du Tchad. La légalité est bafouée par les héritiers de Napoléon Bonaparte, père en hivers 1800 de l'administration du grand empire, comme il aimait comme l'appela la Gaule.

            Concernant l'Europe de l'Est, le Président Russe Vladmir Poutine exprime de sérieuses inquiétudes pour la paix au sujet de Kossovo désormais indépendant. Mais il ne dit rien concernant le bloc occidental ( Amérique, Europe) qui se montre très paisible, en envoyant massivement des troupes patauger dans le brute pétrolier aux contrées du soleil levant et sables brûlants des tropiques.

            Où mettons-nous les droits de l'homme qui ne dénient point les droits des peuples, quand on arrive à faire chanter la magistrature suprême au Tchad, pour enfin contribuer à pacifier la rébellion des limites du Darfour et maintenir les complices sous l'ombre du drapeau? Pour la sécurité personnelle des uns et des autres, Idriss Déby chiffonne la vérité du pouvoir judiciaire et la dignité d'une nation indépendante qui tente de faire valoir les droits du citoyen, droits de l'homme. Il ne manquait que cela pour commémorer 2008, année au triple jubilée qu'on peut aisément appeler l'année humaniste.

            Le Pape fait remarquer qu'il y a 60 ans  depuis 1948 l'ONU publiait la déclaration universelle des droits de l'homme. Cet anniversaire est doublé des 40 ans de la journée mondiale de la paix. Elle est triplée des 25 ans de l'adoption par le saint siège de la Charte des droits de la famille. A cet effet le message papal à l'occasion de la journée mondiale de la paix, rappellent les conditions déterminantes pour la justice et la paix. Ce cadre ne se situerait pas en dehors de la famille, société en miniature. Les valeurs humaines ne peuvent être sauvegardées sans l'accessibilité au logement, au travail, aux activités domestiques et l'engagement constitutif de chacun. C'est dire que la paix requière pour tous, le respect des personnes et des biens.

            Les actions prometteuses viennent en second lieu sur l'échiquier des relations politiques. Une semaine après les sommations d'Alpha O KONARE, suivirent fort heureusement celles du Conseil de Sécurité de l'ONU. Le silence des kalachnikov survenu, les oiseaux peuvent de nouveau chanter. Kofi Annan ancien secrétaire du Conseil de Sécurité et prix Nobel de la paix en 2001 s'en va à Nairobi offrir sa méditation pour la réconciliation entre les deux adversaires politiques. S'il est des stratèges de la guerre, il ne manque point non plus des stratèges qui réussissent à établir la paix. Au concert de la paix, il faut accorder les voix discordantes et les instruments sur les notes de l'hymne commun.

            Le Burkina par la voie de ses dirigeants a aussi joué une partition de médiateur en réunissant en janvier à Ouagadougou, les adversaires politiques de la Côte d'Ivoire. Ils promettent chacun de faire de son mieux pour la transparence des élections de juin prochain.  Un concert a été prévu par des artistes   ivoiriens et burkinabè dans la capitale dans la capitale des hommes intègres en l'honneur des deux présidents pour leur engagement en faveur de la réconciliation. Le président du Gabon prodigue de larges conseils à son homologue ivoirien, quand celui-ci s'est rendu en visite au Gabon. Ensuite ce fut le tour d'un diplomate de l'Allemagne unifiée d'engager la même procédure auprès du Togo et du Burkina. Il a parlé de désamorçage de conflit. Voulait-il parler de présager ou de prévention?

            Sa présence et sa démarche dénotent la bonne volonté pour la paix, mais les moyens s'y  prêtent-ils? Peut-être pas forcément; cette bonne volonté est-elle seulement soutenue par un fair-play du même niveau chez les partenaires? Rien n'est moins sûr! Ce qui manque à la communauté des humains, c'est comme dit le Pape Benoît XVI dans son message, la norme objective d'une loi. Disons en guise de commentaire que l'aune à la justice distributive est sans fond et le justiciable n'est pas le premier servi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Editorial

Commenter cet article